ApiCouture

Le blogzine qui pique

Elena Couture ou les tissus sans tabou

Nous avons tous croisé Elena Couture en kiosque. Peut-être coincé entre un Burda et un Crochet tendance. Mais que vaut réellement ce magazine ?

Elena n’est jamais loin de son cousin Diana Couture. Parfois chiffonné et oublié au fond du rayon presse du supermarché, comme c’est le cas du mien « ancienne version ». La faute à un papier qui fut longtemps ultra cheap (pas de différence entre la couverture et les pages du magazine) et un magazine très fin ce qui a longtemps fait de lui la victime idéale de l’arrachage / chiffonnage sauvage.

Comme tant d’autres, Elena Couture nous vient d’Allemangne, où on l’appelle du doux nom de Nähtrends Mein Style (Tendances couture – Mon Style A ne pas confondre avec l’autre magazine du même nom chez nous).

J’ai entendu dire que parfois, on voyait des gens acheter ce magazine. Moi, je n’ai jamais vu quelqu’un arborant fièrement son Elena. Je soupçonne ce magazine de s’écouler sous le manteau, caché entre deux titres plus hype.

On parle beaucoup moins de ce magazine que d’autres plus à la mode. Pourtant, il est présent en kiosque depuis bien avant que je démarre la couture (donc une bonne dizaine d’années). Et il est toujours là. Il s’est récemment modernisé donc on a un peu moins honte de l’acheter, c’est un plus joli objet et il donne plus envie. La qualité du papier n’a plus rien à envier à ses collègues et le design fait plus frais. Mais il a aussi augmenté de prix, de 5,95€ à 6,50€… soit l’équivalent d’un Burda et plus cher que Fait Main (5,95€).

Que trouve-t-on dans ce Elena ? Il propose une trentaine à une quarantaine de modèles dans des tailles variées (36 au 48) mais tous les modèles n’ont pas toutes les tailles, généralement 3 tailles possibles, mais ce sont parfois des tailles doubles (38/40, 42/44…). 

Avant de voir les modèles, c’est le choix complètement fou des tissus qui saute aux yeux. Elena AIME les imprimés. De préférence psychédéliques, fluos, voyants. Parfois, on voit difficilement les lignes des vêtements. Les matières les plus folles sont déclinées et associées, ce qui donne un vrai patchwork de styles pas toujours très heureux.

Lorsque malgré tout, Elena choisit l’uni, ce ne sera pas n’importe lequel. Il sera souvent criard et en dehors des tendances actuelles. Un épatant orange mandarine, un surprenant violet lavande…

Le stylisme est également… intéressant. Cristina Cordula en ferait une syncope. Les jolis mannequins sont aussi juvéniles que le stylisme est vieillot. N’y a-t-il que moi qui crois parfois voir des mines dépitées derrière les sourires si peu naturels des mannequins ? On voit régulièrement de gros bijoux, chouchous en velours, superpositions hasardeuses de matières ou des associations de couleurs. Il faut donc arriver à voir au-delà du stylisme pour voir le potentiel des modèles, et ça demande un effort pas toujours évident.

Côté modèles, chez Elena on met l’accent sur la simplicité et le confort et je trouve que c’est une bonne chose. Il y a beaucoup de modèles sans fermeture, ceinturés, à ceinture élastiquée ou coulissée, ou des manches à même. Un parti pris du « facile à coudre » qui peut permettre de trouver un modèle à se coudre rapidement pour se faire plaisir.

 

Par contre, niveau planche de patrons, la planche est terriblement emmêlée, avec des notations en allemand, bref pas tellement la joie. Niveau explications en revanche, j’ai trouvé que c’était plutôt clair pour une personne qui a déjà fait plusieurs réalisations.

Moi, j’aime bien ce magazine ! En fait, j’aime son côté différent. La majorité des magazines de couture du moment visent la tendance, et au final, sur une même saison, on retrouve du coup un peu les mêmes modèles d’un magazine à l’autre. Elena a un côté intemporel, voire nostalgique. Dans le dernier magazine, je retrouve certains styles du milieu des années 2000 ou avant que j’aimais, cela me fait sourire et m’inspire. C’est le côté cruel de la mode, elle passe et ne nous attend pas ! En fait, c’est un souffle frais qui change un peu.

Je trouve aussi que ce côté coloré a quelque chose de très vitaminé. J’aime voir ces demoiselles arborer sans honte et avec un sourire éclatant des vêtements un peu fous, moins consensuels. J’adorerais vivre dans un monde où l’on peut s’habiller comme ça et ne pas passer pour une dingue. L’attitude des mannequins est à mille lieues de celle souvent vue chez Burda, ces beautés glacées qui cultivent la distance avec le lecteur.

Bref, je continue à parcourir avec plaisir ce magazine, même si, en réalité, mon préféré reste Burda malgré ses défauts

Et vous ? Connaissez-vous ce magazine ? Est-ce que vous l’achetez de temps en temps ?
0

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.