ApiCouture

Le blogzine qui pique

30 mots pour comprendre un tuto couture

La couture nous offre tout un florilège de mots qui lui sont propres et que l’on découvre souvent en même temps que l’on débute. Pattemouille, faufil, smocks, keskecéqueça ?

Voici un petit lexique qui, s’il n’a pas la prétention d’être exhaustif, reste une liste de mots qu’il faut connaître car ce sont les plus utilisés dans la couture, que ce soit dans les tutoriels ou les instructions des patrons.

Abeille 😉 : Point de broderie en forme de triangle qui sert à renforcer une partie de vêtement. On en voit par exemple parfois au-dessus d’une fente de jupe afin que celle-ci ne se découse ou se déchire pas.

Aisance : L’aisance est le nombre de centimètres séparant les mensurations de la personne qui porte le vêtement aux mesures de celui-ci. Sans aisance, les mouvements seraient difficiles. On peut réaliser un « pli d’aisance » au dos d’un chemisier par exemple, pour le rendre plus confortable. Seule exception : les tissus extensibles qui n’ont pas forcément besoin d’aisance, voire elle peut être négative (le tissu s’étire autour du corps).

Biais : Il peut s’agir soit du biais d’un tissu, soit, par abus de langage, d’une bande de tissu coupée dans le biais. Le biais d’un tissu est sa diagonale. C’est le sens le plus élastique du tissu, celui qui a le plus de drapé. La bande de biais peut être achetée toute faite ou confectionnée soi-même, par exemple avec un appareil à biais (non indispensable mais assez pratique). La bande de biais sert pour les finitions des bords, sa légère élasticité lui permet d’épouser des bords incurvés.

Couture anglaise : C’est une méthode de finition qui consiste à remplacer l’assemblage des pièces endroit contre endroit par un assemblage envers contre envers puis coudre à nouveau endroit contre endroit, ce qui enferme la couture précédente. Cette façon de faire cache les bords pour des coutures totalement invisibles. C’est en particulier appréciable sur des vêtements portés à même la peau.

30 mots pour comprendre un tuto coutureLe droit-fil : S’il n’y avait qu’un seul mot à retenir, ce serait celui-là. Le droit-fil est le sens dans lequel le tissu a été tissé, il est parallèle à la lisière. C’est le sens le plus résistant. Le droit-fil est indiqué sur le patron par une longue flèche, il faut le respecter pour que le vêtement tombe bien.

Bâtir : Coudre à grands points (point de bâti) de façon temporaire. On assemble ainsi les deux pièces de façon à s’assurer qu’elles sont bien maintenues lors de la couture définitive. On retire le fil de bâti ensuite. On peut utiliser un fil peu résistant (fil à bâtir) qui s’enlève facilement.

Broderie anglaise : Originaires d’Europe de l’Est mais popularisés par la mode anglaise au XVIIIe, les tissus en broderie anglaise possèdent des petits jours brodés qui leur donnent un aspect délicat et romantique.

Coulisse : Bande de tissu qui sert à retenir et guider une ceinture ou plus généralement, une plus petite bande de tissu ou un ruban.

Couture de soutien : Couture qui n’est effectuée que sur une épaisseur de tissu. Elle est utile à réaliser avant l’assemblage, sur les parties d’un vêtement qui peuvent se déformer sous l’action de la machine à coudre : encolure, manches… en particulier si le tissu est fin ou fragile.

Découd-vite (ou découvite) : Objet d’horreur fétiche de la couturière, comme son nom l’indique, cet outil pointu sert à découdre. Le mot « vite » me paraît un peu optimiste dans certains cas… Peut être remplacé par son collègue le coupe-fils qui agit davantage comme des ciseaux alors que le découd-vite « déchire » le fil.

Drapé : La façon dont tombe un tissu. On dit qu’un tissu a du drapé lorsqu’il tombe harmonieusement et n’est pas raide, ce sont souvent des tissus soyeux.

Doublure : Tissu cousu à l’intérieur d’un vêtement de façon a en cacher les coutures. La doublure facilite l’enfilage d’un manteau ou d’une veste, c’est pourquoi on la choisit souvent en tissus soyeux, glissants comme le satin ou la soie. Elle peut aussi cacher du ouatinage.

Entoilage : On utilise de l’entoilage pour renforcer ou rigidifier un tissu. Il s’agit d’une matière tissée ou non, qui s’achète en mercerie. Il en existe de nombreuses épaisseurs en fonction de la rigidité souhaitée et celle du tissu d’origine. La couleur (noir ou blanc) peut-être importante pour éviter qu’elle se voie à travers car idéalement, elle doit rester invisible.

Faufiler : voir Bâtir.

FBA : « Full Bust Adjustment » ou ajustement pour fortes poitrines. Il s’agit de modifier un patron pour qu’il soit adapté à une taille de bonnet plus grande que celle prévue.

Fronces : Rassemblement du tissu qui forme des plis. Ces plis ont un effet décoratif et donnent de l’ampleur. On réalise les fronces en cousant plusieurs lignes au bord du tissu et en tirant sur les fils.

Jersey : Tissu en maille qui a la particularité d’être plus ou moins extensible. Par exemple, le jersey de coton est la matière dont sont faits les T-shirts. Un modèle cousu en jersey a souvent une aisance négative pour mieux coller au corps.

Lisière : Bord du (rouleau de) tissu qui ne s’effiloche pas. On y trouve parfois des informations sur le designer ou la composition, voire l’origine du tissu. C’est elle qui détermine le droit-fil.

Ouatinage : Action d’appliquer de la ouatine, matière qui donne chaud, dans un vêtement. On en trouve souvent dans les manteaux et dans toutes les matières matelassées.

Pattemouille : Tissu légèrement humide que l’on applique entre le fer à repasser et le tissu pour protéger celui-ci.

Parement(ure) : Il s’agit d’un morceau de tissu qui est cousu avec l’endroit du côté de l’intérieur du vêtement. Son utilité est de renforcer l’épaisseur et la rigidité du vêtement à certains endroits, souvent l’encolure notamment.

Pince : Pli du tissu inscrit sur le patron, servant à donner sa forme à une pièce de vêtement. Le tissu passe ainsi de la 2D à la 3D pour épouser le corps.

Point invisible : Point de couture à la main qui est totalement invisible sur l’endroit.

Rentré : Pli d’une pièce de tissu sur lui-même, pour faire un ourlet par exemple.

Remplier (vu chez Burda) : Faire rentrer les bords d’un tissu sur l’envers en les repliant.

SBA : « Small Bust Adjustment » ou ajustement pour petites poitrines. Il s’agit de modifier un patron pour qu’il soit adapté à une taille de bonnet plus petite que celle prévue.

Smocks : Rangées de coutures effectuées avec du fil élastique. Le résultat est une rangée de plis qui réduisent la largeur du tissu et le rendent élastique. On en voit beaucoup sur les robes d’enfant.

Surjeteuse : Machine qui supplémente la machine à coudre mais ne la remplace pas. La surjeteuse finit les bords par un point de surjet, coupe les marges de couture à leur minimum et assemble en une seule opération. La surjeteuse est particulièrement pratique, mais pas indispensable pour autant, pour coudre du jersey car son point est élastique.

Surpiqûre : Couture à vocation le plus souvent décorative et/ou de maintien. On en voit beaucoup sur les jeans par exemple, où elles sont réalisées dans un fil de couleur contrastée.

Vlieseline : Marque d’entoilage allemande qui est passée dans le langage courant, on parle donc souvent de « la Vliseline ».

Avez-vous des suggestions de mots à ajouter à cette liste ? N’hésitez pas à nous les soumettre en commentaire.
3

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.